Fiction / Israël

ALL EYES OFF ME

Raconté en trois chapitres liés, le film suit une génération jeune et confiante.
Danny est enceinte de Max. Elle veut profiter d’une fête pour le lui annoncer, mais n’y parvient pas.
De son côté, Max explore les fantasmes sexuels de sa fiancée Avishag.
Celle-ci se confie à Dror, qui la paye pour garder son chien. Entre le vieil homme et la jeune femme naît une intimité inattendue.

ANNÉE
RÉALISATION
SCENARIO
AVEC
FICHE TECHNIQUE
DATE DE SORTIE

2021

Hadas BEN AROYA

Hadas BEN AROYA

Elisheva WEIL, Leib LEV LEVIN, Yoav HAIT, Hadar KATZ

1h30 – Couleur – 1.86 – Dolby Digital 5.1

8 Juin 2022

ENTRETIEN AVEC LA RÉALISATRICE

Quelle a été l’origine de votre film ?

 

J’ai commencé par écrire l’histoire d’une jeune fille sauvage qui tombe amoureuse d’un homme plus âgé, anciennement religieux. Mon intention était de faire une Lolita inversée. Au lieu d’un homme âgé attiré par une jeune fille vierge, c’est une jeune fille active sexuellement attirée par un homme vierge. Il est sa nymphette. Et comme l’habitat de la nymphette est dans la nature, dans les forêts ou dans les lacs, il vit dans une maison rurale en banlieue, en élevant des abeilles.

Mais j’ai senti que pour expliquer ce sentiment, pourquoi elle est si attirée par lui, je devais montrer le monde de l’héroïne, Avishag, qui est très audacieux et libéré, mais cela a un prix. Le prix est qu’avec toute cette liberté et cette stimulation, il devient plus difficile de ressentir quoi que ce soit. C’est pourquoi je suis revenue en arrière, chronologiquement, pour permettre de voir d’où vient l’héroïne, à quoi ressemble son monde, et c’est ainsi que le film est né.

 

Le film se déroule en trois épisodes et dans chaque épisode, nous voyons une génération qui semble perdue et qui se demande à quel point elle est vraiment libérée ?

 

Cette génération est vraiment libre, mais cette liberté crée une sorte de dissociation. Avishag veut ressentir la douleur pendant le sexe, mais ce n’est pas le but en soi. Le but est d’avoir mal, pas pour la douleur en elle-même, mais pour ressentir quelque chose. Je ne porte pas de jugement, j’aime cette liberté, j’aime la possibilité de vivre des expériences sans peur ni tabou. J’aime dire “oui” à toutes les aventures. Mais j’ai aussi de l’envie pour ces gens, comme Dror, qui ont réussi à conserver leur innocence face au monde. Qui peuvent s’enthousiasmer pour les choses les plus simples. Je pense qu’il est beaucoup plus difficile pour nous de tomber amoureux. Que nous sommes cyniques sur la plupart des choses de la vie. Et que tout nous échappe, ce qui est non seulement triste et va à l’encontre de ce qu’est la liberté, mais c’est aussi dangereux.

 

“All eyes off me” construit un portrait d’Avishag à travers les yeux de différentes personnes, pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Le film remet en question le récit classique et raconte l’histoire d’Avishag à travers d’autres personnages de sa vie. En ce qui concerne l’expérience du spectateur, nous commençons par un personnage, puis nous passons au suivant. Chaque histoire se suffit à elle-même. Le film est comme le reflet de la génération d’Avishag. Sa relation amoureuse est impactée par sa relation précédente avec un autre personnage, qui s’est terminée par un chagrin d’amour. L’expérience d’Avishag devient plus intéressante et complète lorsqu’elle est reflétée par d’autres personnages.

 

Outre Avishag, tous les autres personnages ont la même intimité et la même authenticité, il y a une relation sereine entre eux, comment avez-vous réussi à faire cela ? Comment avez-vous trouvé tous vos personnages ?

 

Je n’ai pas eu d’auditions, pour aucun rôle. Elisheva Weil, qui joue le rôle d’Avishag, est une amie chère et elle est actrice. Lorsque j’ai commencé à écrire le film, j’ai beaucoup partagé le processus avec elle, et je lui ai dit que je prévoyais de jouer moi-même le rôle d’Avishag. Elle m’a répondu : “Non, tu es une réalisatrice. Dirige. Je suis une actrice, laisse-moi jouer.” Il n’y a pas eu de discussion, et je lui ai dit : “Ok, tu as le rôle”. En fait, elle a fait son propre casting. Plus tard, je l’ai consultée au sujet du personnage de Max. Elle a évoqué le nom de Leib, un jeune acteur dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, mais il me semblait qu’il correspondait bien. Elle ne le connaissait pas, et moi non plus, mais le destin a voulu que nous nous rencontrions tous les trois par hasard quelques jours plus tard, et nous lui avons parlé brièvement du film. Quelques jours plus tard, Leib et Elisheva sont tombés amoureux, et sont devenus un couple, dans la vraie vie. En fait, ils forment un couple étonnant jusqu’à ce jour. Leib n’a donc pas vraiment passé d’audition non plus, et lors de leur première répétition, j’ai eu l’impression d’être à la 20e, et si j’avais dû filmer le film à ce moment précis, j’aurais pu le faire, car ce couple d’amoureux avait une alchimie qu’on ne peut pas simuler. Pendant le tournage, j’ai souvent pensé que c’était une bonne chose qu’ils soient en couple, parce que c’est beaucoup plus facile à mettre en scène de cette façon, et cela me libérait aussi du point de vue moral. Je n’ai pas eu besoin de me demander si je faisais du mal à quelqu’un. Dans ce sens, j’ai eu beaucoup de chance.

 

Hadar Katz, qui joue Danny, n’est pas du tout une actrice, mais plutôt une bonne amie de Leib et Elisheva, qui travaille comme infirmière. Pendant que nous faisions les répétitions et que nous traînions ensemble le soir, j’ai appris à la connaître. Un jour, elle m’a raconté qu’en venant chez moi, elle avait vu un papillon mourant sur le trottoir et qu’elle ne comprenait pas pourquoi personne ne l’emmenait chez le vétérinaire, pourquoi si cela avait été un cheval, il aurait reçu des soins médicaux, et qui décide quel animal est le plus important. J’ai été charmé par sa naïveté et la clarté avec laquelle elle voit le monde, et je savais que j’écrirais le personnage de Danny à son image, et qu’elle le jouerait à la perfection.

 

Dror est interprété par Yoav Hait, un acteur connu et reconnu en Israël, qui joue toujours des rôles situés entre un employé de banque et un policier. Mais j’ai vu quelque chose d’autre en lui, c’est un grand homme mais très fragile, et c’est une qualité qu’aucun autre acteur en Israël ne possède, et donc il était clair pour moi qu’il était le seul choix pour le rôle et à ma grande joie il a accepté. Il s’agit du rôle le plus exposé de sa longue carrière, il était donc plein d’appréhension, mais malgré cela, il voulait réellement ce rôle. Dans le film comme dans la vie réelle, c’est Elisheva qui a mis Yoav à l’aise. Les répétitions ont été très difficiles, mais elles ont fini par être harmonieuses.

 

Je pense que tous les acteurs m’ont fait confiance et se sont fait confiance les uns aux autres, encore plus en raison de notre lien personnel. Je suppose que le fait d’avoir déjà réalisé un film à succès en Israël a permis d’apaiser les craintes, et l’on pouvait imaginer à quoi ressemblerait le résultat final et quel serait le ton. Pour moi, après avoir joué un rôle exposé dans mon premier film “People that are not me”, j’en avais compris toute la complexité, et j’avais la capacité et la sensibilité nécessaire pour diriger les autres, sachant que la clé de l’intimité à l’écran est l’intimité entre nous.

 

S’agit-il d’un film sur l’amour ou le désir, ou un mélange des deux, ou la limite entre les deux ?

 

C’est un film sur l’intimité. L’intimité, ce n’est pas quand les gens sont nus, font l’amour ou exposent leurs sombres secrets. L’intimité vient lorsque vous parvenez à être vulnérable devant une autre personne. Et c’est tout. C’est seulement lorsque vous êtes vulnérable que vous pouvez vraiment ressentir. C’est l’absurde, les héros du film veulent tellement ressentir quelque chose, mais ne peuvent pas montrer leur vulnérabilité. Ils ne peuvent pas atteindre l’intimité. À mon avis, c’est l’essence de la course folle de ma génération.

 

Avishag a une relation ambivalente avec son téléphone portable, à la fois dépendante du divertissement, mais distante lorsqu’il s’agit de répondre à d’autres personnes. Comment avez-vous réussi à inclure le téléphone à l’image, un écran dans l’écran, et pourquoi était-ce important ?

 

L’iPhone d’Avishag est comme un personnage supplémentaire dans le film. Il est très présent et remplit de nombreuses fonctions. Dans une scène, par exemple, Avishag regarde une audition de “X Factor” et est excitée, vraiment, aux larmes. C’est absurde car c’est un personnage aux barrières émotionnelles importantes, mais l’émission de télé-réalité qu’elle regarde à travers l’écran fissuré de son iPhone parvient à remuer son âme. Il était important pour moi d’attacher cet appareil à elle, qui est son échappatoire et son divertissement, mais en fin de compte, lorsque Max l’appelle sans cesse après sa fuite, il est utilisé comme un rappel du chagrin d’amour qu’elle avait essayé d’oublier. J’ai trouvé intéressant que cet appareil soit le réceptacle de tant de sentiments et de fonctions, qu’elle en devienne dépendante. Ne le sommes-nous pas tous ?

 

La musique joue un rôle majeur dans le film, elle parle parfois lorsque les mots ne suffisent pas à l’exprimer dans l’esprit des gens, même si parfois le silence dominant est très fort aussi, ce qui fait que tout est bien équilibré. Comment y êtes-vous parvenu et comment avez-vous choisi les chansons ?

 

J’aime quand la musique vous informe du sous-texte, je ne m’inquiète pas de cela même si c’est considéré comme “cheap”. C’est amusant quand les mots expriment l’émotion.

Le film, divisé en trois parties, est comme un entonnoir, qui passe du bruit au silence, à la fois symboliquement et littéralement. Dans la première partie, Danny traverse le labyrinthe d’une fête de maison et l’expérience sonore est cacophonique, on entend trois pistes en même temps, beaucoup de dialogues les uns sur les autres, l’expérience est tridimensionnelle et pleine de couches de musique techno sortant de vieux haut-parleurs dans un vieil appartement du sud de Tel Aviv.

Dans la deuxième partie, Max dédie la chanson “Message Personnel” (de Françoise Hardy) à Avishag. C’est une chanson sur l’amour “non réciproque” que j’aime beaucoup, et elle prophétise ce qui pourrait arriver aux deux. Dans la dernière partie du film, il y a “Somebody Will Love Somebody”, une chanson de Leah Goldberg, une poétesse israélienne respectée, que l’héroïne entend sur la platine après avoir appris à la jouer sur YouTube. C’est une chanson existentielle, sur la solitude et la déconnexion. “Et s’il n’y a pas de mer, alors il n’y a pas non plus de navire. Une autre semaine, un autre mois, une autre année”.

La fin du film est le silence. Avishag apprend à se taire, à être présente. A être vulnérable.

 

Quel est votre objectif avec “All eyes off me”, et pensez-vous déjà à un troisième film ?

 

Je veux susciter la discussion et mettre un miroir en face de ma génération. Ce qui m’intéresse le plus, c’est la question de savoir ce qu’est l’intimité à notre époque, la grande exhibition par opposition à notre incapacité à être vulnérable m’alarme et me fascine, car c’est une chasse futile à l’intimité, qui est en fait le désir de ressentir n’importe quoi dans ce monde qui n’a plus de limites. Ce n’est pas une critique, et il n’y a aucun message didactique, c’est un reflet de ma vie et de celle de mes amis.

Mon film suivant se déroule entièrement à Berlin, il s’agit des mémoires de sexe et de pharmacologie d’une jeune femme qui a soif de vivre, qui tombe amoureuse d’un poète et s’engage avec lui dans un voyage radical qui glorifie le présent et l’expérience. Dans son essence, mon troisième film traite de l’identité israélienne, et du détachement que mes amis et moi ressentons dans une période aussi volatile sur le plan politique.

À PROPOS DE LA RÉALISATRICE

Née en 1988 en Israël, Hadas Ben Aroya, diplômée de la Steve Tisch School of Film and Television, est lauréate du prix de la “Découverte de l’année” décerné par le Forum des critiques de cinéma israéliens, et lauréate d’un Ophir Award du meilleur second rôle féminin pour “Peaches and cream”. Son premier long métrage “People That Are Not Me” a été écrit, produit, réalisé par et avec Ben Aroya dans le rôle principal. Le film a été présenté en première au Festival international du film de Locarno et a remporté le Grand Prix au Festival du film de Mar Del Plata. Il a été projeté dans des dizaines de festivals internationaux, a remporté 12 prix et a été vendu pour une distribution mondiale. Ben Aroya a participé à la Berlinale Talents 2017. “Nymphie”, son troisième projet de long métrage, développé dans le laboratoire des scénaristes de Sundance, est actuellement en pré-production. “All Eyes Off Me” est son deuxième long métrage.

LISTE ARTISTIQUE ET TECHNIQUE

Liste Technique

Avishag : Elisheva WEIL
Max : Leib LEV LEVIN
Dror : Yoav HAIT
Danny : Hadar KATZ

 

Liste Artistique

 

Réalisatrice : Hadas BEN AROYA
Directeur de la photographie : Meidan ARAMA
Montage : Or LEE-TAL
Son : Eran BEN-ISSAC
Directrice de production : Talia STEINMATZ
Producteurs : Hadas BEN AROYA, Maayan EDEN
Maquillage : Or SAPIR
Costumes : Shachaf MARCUS

CE QU'EN DIT LA PRESSE

POSITIF

All Eyes Off Me signe l’avènement d’une réalisatrice étonnante mais aussi d’une actrice incroyable, Elisheva Weil.

 

CULTUROPOING.COM

All Eyes Off Me confirme la délicatesse d’une cinéaste de l’intime. Après son premier long métrage People that are not me, Hadas Ben Aroya creuse plus encore ici ce lieu de solitude et de vacillement de toute certitude : elle en questionne l’essence même.

 

LE MONDE

On voit donc se confirmer (…) une tendance du cinéma israélien qui rompt avec l’âge d’or des années 2000, marqué par des films d’auteur qui ne perdaient jamais de vue la prééminence de la chose collective.

 

LES ECHOS

Un film charnel, cru, frontal et déchirant.

 

LES FICHES DU CINÉMA

Avec ce deuxième film, découpé en trois chapitres liés, Hadas Ben Aroya (People That Are Not Me) continue d’explorer, sans fards ni artifices, les beautés et les tourments de l’intimité. Entre mélancolie et insolence, son portrait de la jeunesse israélienne ravit.

 

LES INROCKUPTIBLES

La jeune cinéaste Hadas Ben Aroya porte son regarde aiguisé sur les pratiques intimes de la jeunesse israélienne, brouillées et complexifiées par les nouvelles technologies.

 

TRANSFUGE

Si Hadas Ben Aroya ne retrouve pas la fougue et la fraîcheur de son premier long, elle capte néanmoins quelque chose du désarroi qui affleurait déjà dans “People There Are Not Me”.

 

CRITIKAT.COM

Par cette approche des corps, la cinéaste aborde l’intime comme un terrain complexe que les personnages explorent à tâtons.