Documentaire / France

RETOUR À REIMS (FRAGMENTS)

A travers le texte de Didier Eribon interprété par Adèle Haenel, Retour à Reims (Fragments) raconte en archives une histoire intime et politique du monde ouvrier français du début des années 50 à aujourd’hui.

ANNÉE
RÉALISATION
SCENARIO
AVEC
FICHE TECHNIQUE
DATE DE SORTIE

2021

Jean-Gabriel PÉRIOT

Jean-Gabriel PÉRIOT

1h23 – Couleur  –  Dolby Digital 5.1

30 Mars 2022

ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR

Comment est née l’idée d’adapter “Retour à Reims” de Didier Eribon, une histoire intime et politique du monde ouvrier ?

 

J’avais lu le livre à sa sortie, en 2009. Dix ans plus tard, la productrice Marie-Ange Luciani m’appelle et m’en propose une adaptation. D’ordinaire, je n’accepte pas de commande. Cependant, en relisant le texte je vois se déplier des possibles. Je ne viens pas d’une famille ouvrière mais plutôt de travailleurs pauvres. Un de mes grands-pères était livreur de lait, ma grand-mère s’occupait de ses sept enfants. Mon autre grand-mère était serveuse. Contrairement à Didier Eribon, je n’ai pas grandi dans la culture de la classe ouvrière. Mais malgré cette différence, son texte m’a touché, je m’y suis souvent projeté.

 

Quelque chose de l’ordre de la réparation a-t-il guidé votre désir d’adapter ce texte ?

 

“Retour à Reims” me permettait d’une certaine manière de parler de ma propre histoire familiale. Ma soeur et moi avons été les premiers à faire des études supérieures. Je suis, tout comme Marie-Ange et Didier, ce qu’on appelle un transfuge de classe. J’ai accepté d’adapter ce texte parce que les questions politiques qu’il soulève me sont proches, et parce ce que cela me permettait de ramener au présent des images de représentation du monde du travail et de la condition ouvrière. Chercher des archives de témoignages de travailleurs et de travailleuses qui prennent sur eux pour se raconter, leur donner une forme et les montrer est ma manière de redonner un visage et une voix à ces gens, et indirectement à mes proches, exclus de l’histoire et de la représentation.

 

Dans son livre, Didier Eribon évoque son homosexualité, l’homophobie du monde ouvrier et de son père. Pourquoi avoir choisi de ne pas aborder ce thème dans votre film ?

 

“Retour à Reims” est un texte kaléidoscopique, avec beaucoup de thématiques et de personnages. En l’adaptant dans son intégralité, je craignais de les survoler. J’ai donc fait le choix de me concentrer sur les parents de l’auteur pour construire un récit plus précis. L’histoire de la mère de Didier Eribon m’a particulièrement touchée. C’était une femme intelligente mais empêchée, qui a subi sa vie. Les violences qu’elle a endurées, en tant que femme, débordent le simple cadre de la lutte des classes. En me passant du personnage de Didier Eribon, j’enlevais automatiquement les questions liées au transfuge de classe et à l’homosexualité mais j’avais alors plus d’espace pour développer celle de la place des femmes dans l’histoire ouvrière. Comme je viens d’une famille de femmes, cela me touchait particulièrement.

 

Est-ce pour cela que vous avez choisi l’actrice Adèle Haenel comme narratrice ?

 

Ce texte a un côté presque universel. Beaucoup de lectrices et lecteurs peuvent s’y projeter, se sentir concernés indépendamment de leurs histoires personnelles. Nous voulions l’ouvrir encore davantage grâce à la voix off. Nous nous sommes donc dit qu’elle devrait être à l’opposé de celle de l’auteur, soit la voix d’une jeune femme pour lire le texte d’un homme d’âge mûr. Choisir Adèle a été une évidence. Quelque chose dans sa voix m’apparaît comme populaire et trahit ses origines sociales. Elle incarne également une nouvelle histoire de l’engagement et des luttes, celle de sa génération. Tout faisait sens.

 

Votre film commence par l’histoire singulière de la grand-mère maternelle, une femme libre tondue à la Libération.

 

Ce personnage m’intéressait car nous avons parfois des lectures caricaturales de la classe ouvrière ou de la condition féminine à telle ou telle période. L’histoire des classes n’est jamais uniforme, il y a toujours eu des contre-modèles de vie. Nous sous-estimons le fait qu’il a toujours été possible de changer de trajectoire, même si c’est difficile. Cette grand-mère choisit le bal, la fête et ses amours, à ses enfants. Elle en paiera chèrement le prix. À la Libération, elle a été tondue avec d’autres femmes accusées d’avoir couché avec l’ennemi pour leur rappeler que leurs corps ne leur appartenaient pas.

 

Les corps abîmés et fatigués sont au coeur de votre film, comme celui de cette dame âgée qui raconte qu’elle portait des sacs de pomme de terre de 25 kg sans jamais prendre de vacances.

 

Dans tous mes films, j’ai besoin de la présence du corps dans l’image. En travaillant les archives, je cherche les gros plans, les visages, les yeux, des détails de la peau… Les corps des travailleuses et des travailleurs, ces corps marqués, me bouleversent parce que je les connais, ils font partie de mon quotidien, et parce qu’à travers eux j’entraperçois une vie précise, je la sens. Il est d’autant plus important pour moi de les montrer qu’ils ont disparu des écrans. La publicité et les présentateurs et présentatrices de télévision, les stars, mais aussi les femmes et les hommes politiques, incarnent un corps social soigné et standardisé. Or la société est composée de corps différents, parfois malades et atteints, mais absents.

 

Comment fabriquez-vous vos films ?

 

Je procède avec la même méthode sur tous mes films. Le temps consacré à la recherche d’archives varie selon leurs difficultés d’accès. Ma connaissance du cinéma politique m’a aidé pour “Retour à Reims [Fragments]”. Les archives audiovisuelles sont bien conservées en France grâce à des institutions comme l’INA ou Ciné-archives qui conservent les images du PCF et de la CGT, et des producteurs comme Pathé et Gaumont. Cela permet d’avoir accès à des banques de données organisées et propres. Je collabore avec la même documentaliste sur tous mes films, Emmanuelle Koenig. Nous commençons toujours par faire un inventaire de la matière filmique la plus facilement disponible. À partir de cette recherche initiale, j’entame un premier montage. Ce qui ouvre de nouvelles pistes d’exploration. Parallèlement, je fais des recherches presque universitaires pour repérer d’autres réalisateurs, films et productions. Un travail d’allers et retours s’installe entre montage et recherches. Le film s’affine au fil du temps. Le montage est une part importante de l’écriture d’un film d’archives. Je monte seul car j’ai besoin de sentir les images, leur matérialité, d’y être plongé.

 

Avez-vous éprouvé des difficultés dans vos recherches d’archives pour ce film ?

 

Quelques-unes. Des catégories de métiers par exemple ne sont jamais représentées. Il est possible de trouver des images de « l’aristocratie ouvrière » : les ouvriers à l’usine ou les mineurs. Mais, les femmes de ménage sont, elles, très rarement montrées à la télévision et au cinéma. Ou alors en soubrettes. Je n’ai trouvé à leur sujet qu’un documentaire et une fiction, et encore c’est une comédie. De la même manière, depuis l’émergence du Front national, il y a très peu de représentation de ses électeurs et de ses électrices, et du racisme. A part un documentaire sur Jean-Marie Le Pen, je n’ai déniché sur lui que de brèves séquences composées de petites phrases haineuses. Aucun temps long n’était dédié à la compréhension de ce qui se jouait, sur le pourquoi de ce racisme, ou encore sur la ghettoïsation et l’abandon des cités par les pouvoirs publics. Au cinéma, le racisme est presque uniquement représenté par le plouc de province de la comédie vulgaire.

 

Le premier mouvement de votre film raconte l’histoire de la classe ouvrière. La seconde, celle de sa disparition et de son passage dans le giron du Front national. Plus le film avance dans le temps, plus la nature des archives que vous utilisez semble différer. Pourquoi un tel choix ?

 

La première raison est technique, liée à l’histoire de la télévision. Dans le premier mouvement, j’utilise notamment des images de reportages télévisés allant des années 1950 aux années 1970. À cette époque, ils étaient tournés en 16 mm. Une fois restaurés, cela ressemble à du cinéma. Après les années 1970, la télévision passe à la vidéo, une vidéo moche dont les défauts sont accentués par des copies mal conservées et détériorées. Beaucoup de matières utilisées pour ce film étaient de mauvaise qualité. J’ai nettoyé et restauré les extraits les plus dégradés. Plus jeune, j’étais monteur-truquiste et j’ai appris à nettoyer et restaurer les images vidéo et filmiques. La deuxième raison est liée à la qualité du travail journalistique télévisuel produit avant les années 1980 : du documentaire de création, avec peu de voix off, un cinéma d’observation parfois de très belle facture. Dans les années 1980, la télévision se standardise et se fige dans ce que sera la télé d’aujourd’hui. Parallèlement, cette décennie est aussi celle de la disparition de la figure des ouvriers au cinéma. Pour raconter les années 1980, il ne me restait que des images de télévision. Mon film dessine donc en creux une histoire de la télévision et du cinéma.

 

Comment expliquez-vous cette absence de représentation du monde ouvrier au cinéma ?

 

Un changement dans la production ? Avec le boom de la télévision et de la vidéo, le cinéma, plus onéreux, perd les spectateurs des classes populaires. Les classes moyenne, supérieure et intellectuelle forment alors le public du cinéma. On n’a plus besoin de produire des films avec des ouvriers, comme ceux avec Jean Gabin par exemple. Parallèlement, les producteurs et réalisateurs communistes disparaissent du paysage. Et la figure de l’ouvrier devient caricaturale.

 

Comment qualifieriez-vous votre travail ?

 

Je n’utilise pas les images d’archive comme des illustrations à calquer sur un discours préétabli. Dans mon travail, l’archive a autant d’importance que le texte. Les archives précèdent le texte ou, lorsqu’il y a un texte, elles sont en relation et pas subordonnées à lui. Le film se modifie, s’écrit à partir de ce qui existe, de ce que je trouve. Et s’écrit avec lui une histoire de la représentation. C’est un peu tarte à la crème de dire cela, mais la représentation du monde, comme l’histoire, est écrite par les puissants. J’ai besoin de continuellement revenir sur les luttes sociales, les événements historiques laissés sous le tapis, de travailler les endroits de non-dit de l’histoire officielle. Je redonne voix aux histoires fragiles, oubliées, aux personnes laissées de côté, comme le sont les ouvriers. “Retour à Reims [Fragments]” est ainsi pour moi une manière de raconter une autre histoire de la France du xxe siècle.

 

Comment expliquez-vous le passage d’une partie du vote ouvrier du Parti communiste au Front national, aujourd’hui renommé Rassemblement national ?

 

Didier Eribon a les mots pour synthétiser et proposer une lecture de ce phénomène. Cela a beaucoup pesé dans ma décision d’adapter son texte. Il explique que le Front national a permis à des gens, qui ne se sentaient plus appartenir à une classe et qui se sentaient dépossédés, de retrouver un espace politique où l’on parle en leur nom. Dans les années 1980, les usines ferment, une nouvelle forme de capitalisme se développe et la classe ouvrière change au point qu’elle n’existe plus en tant que telle. C’est l’explosion du tertiaire d’un côté et d’un prolétariat précaire et isolé de l’autre, représenté aujourd’hui par les livreurs à vélo, les chauffeurs Uber ou les soignants des Ehpad. J’ai écouté beaucoup de discours de Jean-Marie Le Pen et j’ai été surpris par le fait qu’il pouvait être assez brillant dans sa manière de parler du peuple et au peuple, même si c’était évidemment un peuple fantasmé et fictif. A l’inverse, les autres politiciens, de gauche notamment, ne s’adressent plus à des citoyens mais à des consommateurs. C’est comme si les politiciens se choisissaient maintenant un marché électoral et parlaient uniquement à une portion de la population pensée comme un marché. La politique s’est professionnalisée et les représentants issus de la classe ouvrière ont disparu.

 

La disparition des ouvriers et ouvrières des discours de la gauche socialiste est-elle une faute ?

 

Une erreur absolue et une faute. Leur seule manière de répondre au vote frontiste des ouvriers et des ouvrières a été de recycler petit à petit des points du programme de l’extrême- droite : sur la question sécuritaire, celle-ci a gagné. Dans mon film, on entend par exemple Georges Marchais [secrétaire général du Parti communiste de 1972 à 1994] expliquer qu’il faut stopper l’immigration car elle crée du racisme. Ce n’est pas de la faute des immigrés s’ils sont en train de crever et ont besoin de travailler ! Et en quoi ils seraient responsables du racisme qu’ils subissent au quotidien… Dans “Retour à Reims”, Didier Eribon s’interroge : comment faire quand c’est votre famille qui vote FN ? Il se donne alors la tâche de les écouter, de les entendre. Et il argumente avec sa mère. C’est en discutant que la politique peut advenir, la politique c’est du désaccord. Je pense qu’il y a des gens que l’on peut bouger. Mais cela n’a pas été fait par la “gauche”.

À PROPOS DE JEAN-GABRIEL PÉRIOT

Né en France en 1974, Jean-Gabriel Périot a réalisé plusieurs courts-métrages à la frontière du documentaire, de l’expérimental et de la fiction. Il développe son propre style de montage qui interroge la violence et l’histoire à partir d’archives filmiques et photographiques.
Ses films, dont “Dies Irae”, “Eût-elle été criminelle…”, “Nijuman No Borei (200 000 fantômes)” ou “The Devil” ont été récompensés dans de nombreux festivals à travers le monde. Son premier long-métrage, “Une jeunesse allemande” a fait l’ouverture de la section Panorama à la Berlinale 2015 avant de sortir sur les écrans allemands, suisses et français et d’être honoré de plusieurs prix. “Lumières d’été”, son premier long-métrage de fiction montré en première au festival de San Sebastian, est sorti en France l’été 2017. “Nos défaites” a été présenté au Forum lors de l’édition 2019 de la Berlinale et “Retour à Reims [fragments]” adapté de Didier Eribon et interprété par Adèle Haenel a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2021.

LISTE TECHNIQUE

Écrit et réalisé par : Jean-Gabriel PÉRIOT
Produit par : Marie-Ange LUCIANI
D’après retour à reims de : Didier ERIBON Éditions Fayard
Interprété par : Adèle HAENEL
Musique originale : Michel CLOUP
Documentaliste : Emmanuelle KOENIG
Chef opératrice : Julia MINGO
Chef opératrice du son : Yolande DECARSIN
1er assistant réalisateur : Philippe THIOLLIER
2nd assistant réalisateur : Vassia CHAVAROCHE
Assistant documentaliste : Hugo TOMES
Monteur son : Xavier THIBAULT
Mixeuse : Laure ARTO
Étalonneur : Amine BERRADA
Assistant monteur : Denis SPIRIDONOV
Stagiaire monteuse : Sandra THEVENET
Directrice de post-production : Christina CRASSARIS
Assistante de post-production : Vanessa BASTÉ
Chargées de production : LES FILMS DE PIERRE, Pauline MORIZOT, Florence DIEZ
Responsable administrative et financière : Sylvie MARTIN
Stagiaire production : Éva LEBUGLE
Unité société et culture : ARTE France, Fabrice PUCHAULT, Karen MICHAEL
Administratrice : Françoise TSITSICHVILI
Chargé de post-production : David DUCHEMIN
Département productions audiovisuelles : Fabrice BLANCHO
Productrice associée : Virginie GUIBBAUD
Responsable des unités de production : Olivier GALLAIS
Chargé de production : Stéphane FARACLAS

CE QU'EN DIT LA PRESSE

L’HUMANITÉ

Périot signe surtout avec ce patchwork d’images et le texte d’Eribon un film majuscule, poétique et politique, une représentation de la classe ouvrière nécessaire et rarement vue.

 

ECRAN LARGE

Le complexe, mais sensible, dispositif filmique détourne l’attention du spectateur de l’ampleur assommante du projet, préférant donner corps à la voix habitée d’Adèle Haenel pour une composition à la fois intime, politique et éducative.

 

LA SEPTIÈME OBSESSION

À travers Haenel, se profilent également d’autres combats, d’autres libérations : le cinéaste peut ainsi retracer, de manière convaincante, la domination de la bourgeoisie à travers la lutte des ouvrières.

 

LE JOURNAL DU DIMANCHE

Fort de ses images d’archives captivantes le film éclaire sur la montée des extrêmes depuis trente ans.

 

LE MONDE

Outre sa puissance visuelle, la force du film réside dans sa capacité à donner vie à toute une génération.

 

LE NOUVEL OBSERVATEUR

En intercalant des images d’archives dans le récit, le cinéaste montre comment la fiction et les reportages ont enregistré le quotidien héroïque et tragique du prolétariat, avec les logements insalubres, les effrayantes conditions de travail, les corps détruits…

 

LE PARISIEN

Réflexion sur les mécanismes de reproduction, la violence des inégalités ou l’identité collective du monde ouvrier, « Retour à Reims » fonctionne comme un cours de science politique vivant et lumineux.

 

LES FICHES DU CINÉMA

En adaptant des fragments de l’ouvrage de D. Éribon, J-G. Périot dresse un tableau remarquable et combatif du destin ouvrier des années 1940 à nos jours. La mise en image du texte, lu par A. Haenel, avec des archives de fictions ou de documentaires est éblouissant.

 

LIBÉRATION

Adapté du livre de Didier Eribon et narré par Adèle Haenel, le beau documentaire de Jean-Gabriel Périot brille par son montage d’archives très riches, retraçant une histoire de la classe ouvrière et de la condition féminine.

 

TÉLÉRAMA

Croisant les histoires collective et intime comme le réel et l’imaginaire, Retour à Reims [Fragments] vaut pour l’audace et la pertinence de son projet, comme pour l’aboutissement de sa réalisation. L’œuvre de l’un des rares documentaristes à ne pas sacrifier le cinéma à la prégnance du propos politique qui traverse son film.

 

OUEST FRANCE

Un portrait vibrant de la classe ouvrière jusqu’au récent mouvement des Gilets jaunes.

 

CAHIERS DU CINÉMA

Le montage d’archives trouve pleinement sa dynamique dans le tressage des voix, lorsque des témoignages, souvent face caméra, prolongent et précisent le texte lu par Adèle Haenel, ou lui apportent la nuance et le tremblé de l’incarnation.