Fiction / Etats-Unis

SWEET THING

New Bedford, Massachusetts. Billie, jeune adolescente, et son petit frère Nico luttent pour trouver leur place dans une famille dysfonctionnelle. Partagés entre un père alcoolique mais aimant et une mère trop souvent absente, leur vie oscille entre malaises et incompréhensions. Lors d’un été mouvementé, ils rencontrent Malik, jeune garçon en quête de liberté et décident de fuguer avec lui afin de vivre leur propre aventure.

70e Berlinale
49e Festival de La Rochelle

ANNÉE
RÉALISATION
SCENARIO
AVEC
FICHE TECHNIQUE
DATE DE SORTIE

2020

Alexandre ROCKWELL

Alexandre ROCKWELL

Will PATTON, Karyn PARSONS, Lana ROCKWELL, Nico ROCKWELL, Jabari WATKINS, ML JOSEPHER

1h31 – Noir et Blanc – 1.66 – Dolby Digital 5.1

21 juillet 2021

NOTE D’INTENTION DE LA RÉALISATEUR

Dès la fin du tournage de “Little Feet”, j’ai su que je voulais faire d’autres films sur des enfants avant leur entrée dans l’âge adulte. Leur lien très personnel aux souvenirs et au déroulé des événements me fascine. Il fallait que je crée une fiction pour revivre certains de ces moments qui font partie de mon vécu. Avec “Little Feet”, je me suis mis à genoux pour voir le monde avec leurs yeux de 3 et 7 ans. Dans “Sweet Thing”, je poursuis l’aventure avec ces enfants de 11 et 15 ans.

Dans ce nouveau chapitre, les enfants sortent de l’ombre de l’enfance pour se confronter à la dureté du monde des adultes. Ils ne sont plus sous contrôle. Les adultes qui gravitent autour d’eux sont incapables de prendre soin d’eux, et les mettent dans des situations qu’ils ne sont pas censés gérer. C’est pour cette raison qu’ils fuient et se réfugient dans un monde où poésie, amitié et liberté vont naturellement de pair.

C’est un film très personnel : mes enfants, ma femme et mon ami Will Patton sont réunis dans cette aventure. L’équipe est constituée d’étudiants que j’ai eu à la New York University Tisch School. J’ai auto-financé le film et lancé une campagne de crowdfunding pour m’assurer une liberté de création totale. C’était indispensable car une telle exploration comporte des risques. Je ne savais pas si les enfants pourraient jouer et atteindre ce niveau de jeu, je devais leur faire une confiance aveugle.

 

Nous avons tourné un objet hybride entre fiction et réalité, avec un mélange d’acteurs aguerris et de novices. J’ai voulu tourner en 16 mm pour obtenir un rendu brut en noir et blanc, par rapport au côté expérimental et très créatif du film, pour lui donner un caractère intemporel. L’histoire se situe hors du temps mais elle est très réelle et contemporaine. L’insécurité, la poésie et l’ingéniosité de ces enfants se reflètent dans le style du film. Notre approche était tout sauf conformiste tout en ayant un côté très classique.

Je devais faire “Sweet Thing”, j’espère qu’il trouvera un écho auprès du public et que le spectateur prendra autant de plaisir à le regarder que nous avons eu à le faire.

NOTES DE PRODUCTION PAR LOUIS ANANIA

La production de “Sweet Thing” est unique en son genre. Emmenés par le réalisateur Alexandre Rockwell, le casting et l’équipe étaient constitués de vétérans expérimentés, de jeunes cinéastes incroyablement doués et dûment formés, mais aussi de personnes qui n’avaient jamais mis les pieds sur un plateau de tournage.

 

En 2013, Alexandre Rockwell a réalisé le rêve de tout père cinéaste : un film acclamé avec ses deux enfants dans les rôles principaux appelé “Little Feet”. Cinq ans plus tard, il a voulu recréer cette magie familiale et a commencé à imaginer “Sweet Thing”. Alexandre dit que le script lui est venu naturellement, que chaque mot qu’il écrivait faisait sens. C’était évident pour lui, il fallait raconter cette histoire.

 

Ses deux enfants, Lana et Nico Rockwell, ont été rejoints par leur mère, la femme d’Alexandre Rockwell, Karyn Parsons. La star du “Prince de Bel-Air” était à l’affiche du film que Rockwell a réalisé en 2012, “13 Moons”, mais n’avait pas joué dans un film depuis des années, se consacrant à une brillante carrière d’écrivain. Jouer aux côtés de ses enfants, dans le rôle de leur mère, lui a donné une bonne raison de revenir à l’écran.

 

Le très renommé Will Patton, qui était à l’affiche du film primé “In The Soup”, a sauté sur l’occasion de rejoindre ce casting inédit, fervent défenseur de la vision de Rockwell sur le film.

 

Une fois les bases du casting en place, Alexandre a monté une équipe. En tant que directeur de la branche Réalisation de l’Université Tisch, il a formé la crème des jeunes cinéastes et est devenus très proches de nombre d’entre eux, notamment la talentueuse Haley Anderson. Haley est devenue productrice du projet et ensemble ils ont complété cette équipe incroyable. Quatre autres étudiants de cette Université les rejoignent alors : Lasse Tolbøll (cinéaste), Alan Wu (monteur), Mélanie Akoka (1er assistant caméra) et Kenan Baysal (producteur). Andy Curtin, restaurateur et ami d’Alexandre, les a aidés à construire le plateau. Mais il manquait encore une pièce maîtresse au casting : l’adolescent solaire Malik, l’étincelle qui projette les protagonistes dans cette aventure libératrice. Alex et Haley cherchent longtemps avant de tomber par hasard sur Jabari Watkins, un new-yorkais de 14 ans, dans un skatepark à Manhattan.

 

Tout a été filmé du côté de New Bedford dans le Massachussetts avec une caméra Super 16 mm (Aaton) fournie par Cinelab, une petite structure qui travaille sur tous les formats celluloïd, basée comme par hasard à New Bedford.

 

Le coeur du casting étaitcomposé de stars expérimentées (Will Patton, Karyn Parsons), accompagnés d’une collection de nouveaux visages (Lana Rockwell, Nico Rockwell, ML Josepher, and Jabari Watkins). On a vécu une expérience communautaire car comme toute oeuvre d’art, on créait quelque chose de nouveau. L’expérience des stars a servi de guide aux petits nouveaux, et les découvertes passionnées de ces derniers ont inspiré les stars.

 

Ces sept semaines de production ont renforcé nos liens. Le film a été financé au tout début par Alexandre Rockwell. Il avait besoin d’un financement extérieur et il s’est tourné (comme il l’avait déjà fait auparavant) vers Kickstarter. Ses amis proches Steve Buscemi, Sam Rockwell et Jennifer Beals ont donné de leur temps pour aider “Sweet Thing” à atteindre son objectif. En un mois de campagne, nous avons levé les fonds nécessaires pour finir le projet.

 

Pendant cette période, Alexandre a bataillé pour avoir une bande son incroyable, rendue possible par la force du film qui a convaincu les artistes et les détenteurs de droits.

 

Des habitants de New Bedford aux soutiens Kickstarter du monde entier, tous se sont joyeusement fédérés autour de la vision de Rockwell et ont aidé ce film à voir le jour.

DEVANT LA CAMÉRA

Adam

Will Patton a une carrière bien remplie au cinéma et au théâtre. Sa filmographie inclut “Le plus beau des combats”, “Armageddon”, “La prophétie des ombres”, “L’élite de Brooklyn”, “60 secondes chrono”, “Postman”, “In The Soup”, “Sens unique”, “Halloween”, ainsi qu’un film primé à Cannes, “American Honey”. Will a joué également dans de nombreuses séries comme “Swamp Thing”, “Shots Fired” ou encore “Falling Skies” (Steven Spielberg). Il a fait des apparitions récurrentes dans la saison finale de la série “The Good Wife”.

 

Eve

Karyn Parsons décide de devenir actrice à l’âge de 13 ans. Son rôle dans “Le Prince de Bel-Air” où elle incarne Hillary Banks (cousine de Will Smith) la révèle au grand public en 1990. À l’affiche dans plusieurs séries télévisées et comédies (“Class Act”, “Major Payne”…), elle décroche un premier rôle dramatique avec “Mixing Nia” en 1998. Elle rencontre son mari Alexandre Rockwell sur le tournage de “13 Moons”. Ils ont 2 enfants, Lana et Nico. Karyn a publié son premier roman “How High The Moon” en 2019. Elle a également créé Sweet Blackberry, une fondation qui produit des films d’animation pour enfants sur des personnalités Afro-américaines inspirantes et méconnues.

 

Billie

Lana Rockwell, 15 ans, est la fille d’Alexandre Rockwell et de Karyn Parsons. Révélée dans le rôle titre de “Little Feet”, un film réalisé par son père, elle revient 5 ans plus tard avec une performance bluffante dans “Sweet Thing”. Quand elle ne joue pas dans des films, Lana poursuit ses études dans un lycée à Manhattan et développe des aptitudes musicales prometteuses.

 

Nico

Nico Rockwell a 11 ans aujourd’hui. Il jouait déjà aux côtés de sa soeur dans “Little Feet” et le voici à nouveau dans “Sweet Thing”. Il évolue devant la caméra avec un naturel confondant, une présence solaire que l’on prend plaisir à observer. Nico est scolarisé à Manhattan. Il est fan de basket et rêve de jouer en NBA.

 

Malik

Jabari Watkins, 15 ans, est né à New York. Découvert dans un skatepark pendant la phase de casting du film, ce skateur forcené a une personnalité bouillonnante.

 

Beaux

ML Josepher joue le rôle de Beaux, le petit ami d’Eve. Alexandre Rockwell le découvre dans le film de thèse d’un de ses étudiants, Alan Wu (monteur de “Sweet Thing”). « Cette rencontre m’a littéralement sauvé la vie » déclare ML, qui gagne alors sa vie en tant que videur et clown de rodéo, tout en prenant des cours de comédie au Susan Batson Studio. Il obtient également un rôle dans le film de “Bollywood Sanju” (2018).

À PROPOS DE LA RÉALISATEUR

Alexandre Rockwell est connu notamment pour ses films “In The Soup” et “13 Moons”. Sa capacité à mettre en scène des personnages hauts en couleurs, à la fois complexes et bancals, au service d’un cinéma inventif puisant aussi dans les techniques classiques, en font une des figures les plus respectées du cinéma indépendant.

 

Alexandre est un enfant de la balle. Son grand-père, Alexandre Alexeïeff, animateur d’origine russe, et sa grand-mère, l’artiste Américaine Claire Parker se sont rencontrés et mariés en France. Ensemble ils ont fait des films d’animation et sont à l’origine de la technique de l’écran d’épingles. Alexandre Rockwell a fait ses classes de réalisateur à Paris, aux côtés de son grand-père. Il a ensuite étudié à la Cinémathèque française de façon plus formelle et dès la fin des années 1980, il se fait un nom sur la scène indépendante internationale.

 

Il a alors déjà plusieurs courts métrages à son actif et son travail est diffusé à l’Institut d’Art contemporain de Boston, ainsi qu’à l’Association du film et des réalisateurs indépendants à New York. Sorti en avant-première à la Berlinale en 1982, son premier long métrage Lenz est un succès. L’année suivante, son film suivant Hero décroche le Prix du Jury au USA Film festival (futur Sundance). Rockwell continue à asseoir sa réputation pendant 10 ans puis remporte le Grand Prix du Jury à Sundance en 1992 avec “In The Soup” (avec Steve Buscemi, Seymour Cassel et Jennifer Beals). Le réalisateur obtient la reconnaissance de ses pairs et du public.

 

Sa filmographie s’est depuis joliment étoffée : “Four Rooms” (co-réalisé avec Quentin Tarantino, Alison Anders, and Robert Rodriguez), “Somebody To Love” avec Rosie Perez et Harvey Keitel, mais aussi la comédie “13 Moons” avec Steve Buscemi, Peter Dinklage, et d’autres habitués des plateaux de Rockwell comme Sam Rockwell (aucun lien de parenté) et Jennifer Beals. En 2011 il dirige Peter Dinklage and Tim Roth dans le cultissime “Pete Small Is Dead”.

 

2016 est l’année de la consécration pour Rockwell : dans “Little Feet”, il dirige ses propres enfant, Lana et Nico, dans une odyssée à travers Los Angeles pour rendre sa liberté à leur poisson rouge. Un film remarqué présenté dans de nombreux festivals, notamment à Rome et Toronto.

 

En 2017, Alexandre Rockwell est nommé à la tête du département Réalisation d’une université new-yorkaise, la prestigieuse Tisch School of The Arts. Il sert ainsi de mentor à de nouveaux talents prometteurs du cinéma indépendant.

LISTE ARTISTIQUE ET TECHNIQUE

LISTE ARTISTIQUE

 

Will PATTON : Adam
Karyn PARSONS : Eve
Lana ROCKWELL : Billie
Nico ROCKWELL : Nico
Jabari WATKINS : Malik
ML JOSEPHER : Beaux

 

LISTE TECHNIQUE

 

Réalisation : Alexandre ROCKWELL
Scénario : Alexandre ROCKWELL
Production : Louis ANANIA, Haley ANDERSON, Kenan BAYSAL
Image : Lasse TOLBØLL
Montage : Alan WU
Mixage et Montage son : Aldolpho ROLLO
Producteurs exécutifs : Jennifer BEALS, Will PATTON, Sam ROCKWELL, Damien NEWMAN, Hedy GROTH PUTEGNAT, Elaine WALSH
Supervision musicale : Aldolpho ROLLO
Musiques : Van MORRISON, Billie HOLIDAY, Brian ENO, Arvo PÄRT, Agnes OBEL
Consultante Marketing : Rumeysa YORUKLU

CE QU'EN DIT LA PRESSE

LE NOUVEL OBSERVATEUR

La « douce chose » du titre, tirée de la chanson de Van Morrison, c’est Lana Rockwell, 17 ans : dans ses beaux yeux métissés passent les espoirs de son âge et les trahisons du monde adulte.

 

TÉLÉRAMA

Un film familial et autofinancé, qui met en scène la fugue de trois jeunes métis aux États-Unis. Une pépite.

 

20 MINUTES

Sweet Thing semble touché par la grâce emportant le spectateur dans un monde certes sombre, mais éclairé par la vitalité de graines de stars au talent exceptionnel.

 

LE FIGARO

En choisissant de faire tourner sa propre fille, qui porte littéralement le film sur ses épaules, Alexandre Rockwell a fait un choix audacieux.